Désertification

Désertification

Pour prévenir la désertification ou en inverser le processus, d’importantes interventions s’imposent, au niveau politique ainsi qu’au niveau des méthodes de gestion des écosystèmes. Ces interventions devraient être mises en œuvre aux niveaux local et mondial, et bénéficier de l’engagement actif des parties prenantes et des communautés locales.

Enrayer la désertification est plus qu’important pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement qui visent à supprimer la pauvreté extrême.
Dans les mesures qui peuvent être prises pour empêcher la diversification nous trouvons la création d’une « culture de prévention », cette culture peut contribuer efficacement à la protection des régions sèches.

Les mesures préventives consistent à :

  • Combiner la gestion des terres et des eaux afin de protéger les sols de l’érosion, de la salinisation et  d’autres formes de dégradation.
  • Protéger la couverture végétale, qui est un élément important de conservation des sols contre l’érosion par le vent et l’eau.
  • Exploiter des terres pour le pâturage et l’agriculture là où c’est possible, ce qui rend le cycle des nutriments plus efficace au sein des systèmes agricoles.
  • Adopter des moyens d’existence alternatifs qui ne reposent pas sur l’exploitation traditionnelle des terres – tels que l’aquaculture en zone sèche, l’agriculture sous serres; lesquels sont moins éprouvants pour les terres et les ressources naturelles locales et fournissent pourtant des revenus durables.
  • Créer des opportunités économiques dans les centres urbains des zones sèches.

Désertification2

L’arbre Paulownia

Dimensions : 12 à 15 m de hauteur et 10 m d’étalement.
Croissance : Très rapide, devient vite un arbre.
Silhouette : Arbre au port large, à forte ramure, sur un tronc souvent assez court.
Feuillage : Grandes feuilles ovoïdes de 20 à 30 cm de longueur, en cœur à la base, épaisses mais souples, duveteuses, vert pâle, jaunes en automne.
Fleurs : Elles sont campanulées, rassemblées en grappes dressées, longues de 25 cm, violacées, parfumées. Elles s’épanouissent en avril-mai juste avant la floraison.
Fruits : Capsules coniques brunes, de 3 cm de longueur, restant sur l’arbre en hiver, s’ouvrant en deux pour libérer une multitude de petites graines ailées.
Écorce Grise, longtemps lisse puis légèrement fissurée.

Ses exigences culturales

Rusticité :   Il est assez rustique mais préfère la chaleur. Il peut souffrir du gel intense quand il est jeune.
Exposition :  Plein soleil.
Sol :  Assez peu exigeant, il accepte la plupart des sols courants.
Humidité : Il supporte les sols légèrement secs dans lesquels il pousse nettement moins vite. En revanche, il n’aime pas du tout les terres gorgées d’eau, au sein desquelles il dépérit.
Sensibilité :  Il craint les vents forts, son bois étant assez cassant, et ne supporte pas les embruns. Il est sensible à l’oïdium, à l’armillaire dans les sols trop lourds, et aux cham­pignons lignivores qui se développent sur les grosses plaies. Il accepte les pollutions urbaines classiques.

Sa culture

Plantation : prévoir  de l’espace! Étant donné sa vigueur et son ampleur, réservez-lui une grande surface. Il peut être planté à racines nues, mais ne les laissez pas sécher. Préparer une vaste fosse de plantation bien plus large que les racines, sans enterrer la base du tronc. Tuteurer à mi-hauteur en évitant tout risque ultérieur de blessure. Pailler la cuvette, puis arroser dès le printemps.

Taille : pour pouvoir passer dessous à terme, il faut vite ôter ses branches basses, tant qu’elles sont de petit diamètre. Ensuite, l’idéal est de lui garder son port naturel
et élégant, sans chercher à le limiter en volume.

Ses utilisations

Le paulownia est l’un des arbres à croissance la plus rapide

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates